vendredi 14 novembre 2014

La création du "Comité LGV Touraine 2017" sur la bonne voie

Depuis plusieurs semaines, notre Association  milite pour la création d'un "comité de défense de la ligne TGV Tours-Paris" pré-baptisé "Comité LGV Touraine 2017*" et en appelle au soutien des élus locaux pour "anticiper la situation au lieu de la subir" et ainsi éviter que Tours et St-Pierre ne deviennent "des gares de seconde zone" avec - comme double peine - une hausse des tarifs.

Le risque est réel d'après plusieurs personnalités proches du dossier :
- fréquence moindre en heure de pointe car pour faire Bordeaux-Paris en 2 h 05 (20 allers directs et 20 retours directs par jour), il faut dégager les voies, notamment pour les arrivées à Montparnasse entre 7h00 et 9h 00 (gare déjà saturée actuellement).
- plus aucun départ de Tours mais de Poitiers (avec arrêt à SPDC...) d'après des réunions de travail internes à la SNCF
- hausse des tarifs afin de compenser le gouffre financier que représentera la LGV (200 à 300 millions d'euros par an à trouver...).

Nos principaux points d’attention :
Maintien des 6 liaisons « aller » le matin (arrivée à PM entre  7h et 9h) et 6 liaisons « retour » le soir (départ de PM entre 17h et 21h), ainsi qu'une liaison « aller » et une liaison « retour » entre midi et deux.
- une réduction du temps de trajet en privilégiant les TGV « origine Tours » et sans arrêt à Vendôme (notre demande : 2 allers directs le matin sur les 6 et 2 retours directs le soir sur les 6). Ce temps de trajet est actuellement de 1h15 pour un Tours-Paris au lieu de 1h02 il y a 5 ans (ex : 17h40 – 18h42).
- la stabilisation des tarifs (billets et abonnement), notre ligne étant une des plus chères de France avec un tarif au kilomètre de plus de 28 centimes en heure de pointe (la majorité des TGV étant en heure de pointe). A noter que l’abonnement forfait mensuel est passé de 355 euros en 2003 à 474 euros en 2014, soit une augmentation de 34% en un peu plus de 10 ans (le double de l’inflation).
- des horaires mieux adaptés le matin, notamment à destination de Massy et de l'aéroport de Roissy, Roissy TGV étant actuellement desservi par un seul TGV direct le matin  (arriver à 11h45 à Roissy, c'est bien trop tard pour les long-courriers du matin). Cette desserte a été réduite de moitié en 3 ans. Un TGV partant de Tours (ou SPDC) vers 7h30 serait apprécié par les plusieurs centaines de Tourangeaux concernées par ces dessertes : Massy, Marne la vallée, Roissy et Lille. - cf pièce jointe
Et aussi : 
- le retour des navettes dédiées entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps avec un temps d’attente de 5 minutes maximum (aujourd'hui 10-15') comme c’était le cas auparavant. Nous défendons le projet d'aménagement de voie dédiée présenté par la CFDT afin de remettre en circulation des navettes entre les gares de Tours et Saint-Pierre-des-Corps à moindre cout. http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/11/10/Faut-il-des-navettes-entre-Tours-et-Saint-Pierre-2112587  
- une amélioration de l'offre parking à la gare de SPDC (il manque une centaine de places pour les abonnés).

Enfin, le comité "LGV Touraine 2017*" pourrait être présidé par un acteur local et se réunir pour la première fois dès janvier 2015. Les objectifs seraient les suivants : rassembler, analyser et agir ensemble : avec notamment, l'obtention de garanties de "non dégradation de la desserte Tourangelle" de la part de la SNCF, sous forme d'une convention (cf exemple Charentais ci-après- http://www.sudouest.fr/2014/10/30/lgv-la-charente-defend-ses-arrets-1720202-813.php)
Au troisième trimestre 2015, les plans de circulations de la LGV Tours-Bordeaux seront définis et validés... nous n'avons plus que quelques mois pour agir.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous exprimer auprès de la SNCF, nous vous rappelons le nom de nos interlocuteurs :
-Me DALIBARD Barbara <barbara.dalibard@sncf.fr> directrice générale de SNCF Voyages
- Me TEYNIER Veronique (veronique.teynier@sncf.fr] Directrice Commerciale et Marketing -  
SNCF-VOYAGES - Axe TGV Atlantique
- Me Edith BLOT : SNCF - DIRECTION COMMERCIALE AXE TGV ATLANTIQUE - MOBILE : +33 (0)6 12 21 36 94 - edith.pluvion@sncf.fr 

cordialement,

David CHARRETIER 
Président de l'association  Usagers TGV
(enregistré sous le nom AASTP - loi 1901)
Portable : 06-75-23-06-13
TWEETER : @TGVTOURSPARIS

Les élus et acteurs locaux nous ayant déjà rejoints dans l'optique de constituer ce comité tranversal :
- Jean-Patrick Gille (Député)
Jean-Marie Beffara (Député)
- Gerard Bouyer (Président de la CCI)
- Jean-Gerard Paumier (adjoint aux transports de la communauté d'agglomération Tour(s)Plus)
  
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------








samedi 8 novembre 2014

L'avenir de la ligne TGV Tours - Paris est elle en danger avec l'arrivée de la LGV Tours-Bordeaux en 2017?

Le risque est réel d'après plusieurs personnalités proches du dossier :
- fréquence moindre en heure de pointe car pour faire Bordeaux-Paris en 2 h 05 (20 allers et 20 retours par jour), il faut dégager les voies, notamment pour les arrivées à Montparnasse entre 7h30 et 9h (gare déjà saturée actuellement).
- plus aucun départ de Tours mais de Poitiers (avec arrêt à SPDC...) d'après des réunions de travail internes à la SNCF
- hausse des tarifs afin de compenser le gouffre financier que représentera la LGV (200 à 300 millions d'euros par an à trouver...).

Nous demandons donc aux élus locaux d’évaluer les impacts sur les dessertes tourangelles (Tours et Saint Pierre des Corps) de la LGV Tours-Bordeaux qui risque de transformer, des 2017, Tours et Saint-Pierre des Corps en gares de seconde zone, survolées par des TGV directs Paris-Bordeaux
Notre association souhaite initier la mise en place d'un comité "LGV TOURAINE 2017" afin de rassembler toutes les forces vives départementales (usagers, élus TOURS+, CCI, CG 37, SNCF...) et d'anticiper la situation (et non la subir).

Par ailleurs, nous demandons au Ministre des Transports et à la SNCF de mettre en place une convention entre la Touraine et la SNCF comme cela se fait en Charente (exemple : des conventions sont signées entre la SNCF et le Département afin d'assurer 22 allers-retours directs Angouleme – Paris des 2017  http://www.sudouest.fr/2014/10/30/lgv-la-charente-defend-ses-arrets-1720202-813.php ).

Enfin, nous souhaitons obtenir la garantie suivante : qu’après 2017, les 4000 abonnés pourront toujours effectuer des trajets Domicile - Travail dans les memes conditions qu'aujourd'hui...
Le risque est que ces pendulaires se transforment en milliers de chômeurs potentiels, à moins de créer des milliers d'emplois en Touraine afin d'accueillir cette force de travail.


http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/11/12/La-future-LGV-inquiete-aussi-les-usagers-du-TGV-2113540



Extrait NR du 8/11/2014  :  Plus cher et moins de trains dès 2017 ?

David Charretier, le président de l'Association des usagers du TGV Tours-Paris, qui revendique  1.000 adhérents et un dialogue « constructif » avec l'opérateur public, infirme certaines données officielles. « Pour faire Bordeaux-Paris en 2 h 05, il faut dégager les voies. Il y aura donc forcément un impact sur le Tours-Paris. Mais ça, la SNCF ne peut pas le dire. » Selon les sources de l'association, des réunions de travail internes à la SNCF évoqueraient pour 2017 une fréquence moindre en heures de pointe, une hausse des prix conséquente et la fin des départs depuis la gare de Tours pour Saint-Pierre-des-Corps. « Aujourd'hui, Montparnasse est déjà complètement saturée en heures de pointe, constate-t-il. Donc, pour envisager un trafic en hausse venant de Bordeaux, il va falloir tailler dans les dessertes. Quitte à équilibrer avec plus de trains pendant les heures creuses, ce qui permet d'afficher un nombre de trains constant. » L'association, qui craint une hausse des prix de l'abonnement, souhaite la mise en place d'une commission réunissant élus locaux, SNCF et usagers. « Mon coupon mensuel de 2003 coûtait 355 €, relève David Charretier. Aujourd'hui, un nouvel abonné paye 515 € par mois avec un forfait annuel. Quid demain ? La ligne Bordeaux-Paris sera déficitaire d'emblée et ne sera jamais rentable. Donc, on s'attend à une répercussion sur les prix. »